19 décembre 2019

La PACES devient le PASS

Le PASS ressemble, à peu de chose près, à la « PACES ONE » ou « PACES adaptée » existant depuis la rentrée 2018 dans plusieurs facultés d’IdF (Paris 5-Descartes, Paris 6- Sorbonne et Paris 7-Diderot) et depuis cette année 2019 à Paris 11-Orsay/Châtenay et Paris 12-Creteil.

Les excellents étudiants passent directement en 2ème année d’une formation MMOP, les bons passent un oral et les autres sont parfois admis en L2-Alter Paces.

La L.AS ressemble, plus ou moins, à l’Alter Paces présente dans ces mêmes facultés.
Les facultés d’IdF avaient donc anticipé la réforme.

La seule vraie nouveauté est la possibilité de continuer naturellement sa licence en L2, en cas d’échec aux examens MMOP, dans la même faculté, sans avoir à faire une demande spécifique.

Le numerus clausus NC disparaît

Le numerus clausus NC disparaît laissant la place à un « nombre d’admis » en fonction
de leur moyenne.

Depuis plus de 30 ans, un étudiant qui passe en 2ème année de médecine, quel que soit le NC a plus de 14/20 de moyenne générale. Entre 12 et 14/20, il peut accéder aux autres professions de santé : pharmacien, chirurgien-dentiste ou sage-femme (maïeuticien).

Des épreuves rédactionnelles

Les épreuves rédactionnelles, avec du raisonnement en chimie, physique et biophysique, qui avaient disparu au profit des QCM lors de la création de la PACES en
2010, peuvent revenir.

Le redoublement direct interdit

Le redoublement direct est interdit, il faut passer par une L2, voire plutôt une L3. Ce qui correspond à 3 années d’études, au lieu de 2 auparavant. Cependant, si vous échouez, vous pouvez valider une licence universitaire et continuer en master.

Maintien des épreuves orales

La vraie nouveauté est le maintien des épreuves orales « anonymes » pourtant si contestées. Il ne s’agit pas de connaître ses cours. Les questions n’ont aucun rapport avec les UE enseignées tout au long de l’année. Il faut faire preuve de motivation, maturité
et éventuellement d’expérience lors de stages d’observation.

Un programme commun

Enfin, la PACES impose un programme commun à toutes les facultés : même UE, même volume horaire, quasiment les mêmes coefficients, même type d’épreuve en QCM dans toutes les UE sauf en SSH. De surcroit, les numerus clausus sont calculés de façon à avoir un nombre de reçus identique en pourcentage quelle que soit la faculté :15 % de reçus en médecine et 25 % de reçus en PACES dans toutes les facs.

A la rentrée, les facultés seront indépendantes pédagogiquement et pourront tout remettre en cause progressivement. Certaines pourront s’orienter sur des programmes scientifiques, d’autres plutôt biologiques, ou encore une majorité de SSH. On attend donc impatiemment les décisions de nos universités pour pouvoir choisir sa faculté en fonction de leurs spécificités.