Réforme PACES 2020
12 novembre 2019

Article détaillé sur la reforme

Mardi 5 novembre, le gouvernement a publié le décret qui concerne directement la réforme des études de santé.

Qu’en est-il concrètement ? Qu’est-ce qui change ? Quelles sont les options pour les étudiants ?

Des objectifs ciblés

Chaque année, environ 30 000 étudiants recommencent leurs études à zéro parce que le concours de médecine leur a échappé une ou deux fois.

La ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, a estimé que c’était un « énorme gâchis ».

Elle a donc présenté, le 5 novembre dernier, les derniers éléments de la réforme des études de santé qui ambitionne d’apporter davantage de flexibilité aux universités afin de déterminer le nombre de médecins à former chaque année.

Cette volonté de diversifier les accès aux filières de santé passe notamment par la disparition de la traditionnelle PACES et du numerus clausus qui étaient considérés comme un moyen de sélection trop drastique.

Les objectifs de cette réforme des études de santé sont :

  • Améliorer l’orientation des étudiants et par extension, leur réussite en respectant la continuité du Plan Étudiant
  • Adapter les compétences des professionnels de santé aux besoins du système de santé pour accompagner cette transformation
  • Décloisonner les filières de santé et apporter un temps de formation en commun
  • Aller vers un aménagement de la qualité de vie des étudiants de santé et de leur bien-être

3 nouvelles voies d’accès aux études de santé

Pass (ex-PACES)

L’un des principaux changements est la suppression de la PACES.

Désormais, l’une des deux voies essentielles pour accéder aux études MNOP (Médecine, Maïeutique, Odontologie et Pharmacie) sera le PASS ou PArcours Spécifique Accès Santé.

Si l’étudiant valide sa 1ère année avec 60 crédits universitaires ECTS, il peut alors candidater à l’une des spécialités de la filière MMOP pour sa 2nde année.

Cette nouvelle mouture devrait ressembler à la PACES avec, toutefois, une importance moindre aux QCM pendant les épreuves finales.

L’accent sera dirigé les épreuves rédactionnelles et une ou deux épreuves orales.

L.AS

La Licence avec option Accès Santé est une voie dans laquelle les bacheliers pourront s’inscrire dès leur 1ère année.

Elle sera composée d’une licence majeure au choix (droit, gestion, économie) qui correspondra aux points forts de l’étudiant et d’une licence mineure santé.

Ceux qui décideront de s’inscrire via une L.AS pourront alors passer le concours MMOP deux fois entre la 1ère, la 2nde et la 3e année.

Une passerelle pour formation courte

Enfin, dans certaines universités, l’étudiant pourra candidater à l’une des filières de la MMOP en ayant choisi d’autres formations en santé courtes.

C’est notamment le cas avec les instituts de formations en soins infirmiers ou IFSI.