11 avril 2019

Une fin du numerus clausus

À partir de la rentrée 2020, le numerus clausus ainsi que le concours limitant le nombre des admissions en 2nde année de médecine (mais aussi pharmacie, dentaire, et maïeutique) vont être tout simplement supprimés.

Dès lors, le nombre des étudiants allant en 2nde et en 3e année va être déterminé par les universités qui seront en lien avec les agences régionales de santé (ARS), en fonction des besoins du territoire et des capacités des individus.

L’objectif annoncé par le gouvernement est accroître de 20 % le nombre de médecins formés qui auront un profil très diversifié.

De même, les épreuves dites « classantes » en fin de 6e année de médecine vont disparaître pour faire place à de nouveaux examens.

Et, des ordonnances vont pouvoir définir les conditions d’une nouvelle certification régulière des médecins qui sont déjà en service afin de vérifier leurs compétences et mettre celles-ci à jour.

Évolution de la méthode de sélection

En supprimant le numerus clausus, cela ne signifie pas qu’on supprime pour autant la sélection à l’entrée de ce type d’études.

La PACES disparaît au profit du Portail Santé

Tout étudiant désirant poursuivre des études en médecine, maïeutique, odontologie, pharmacie devra passer par cette filière entonnoir.

À l’issue de cette année de sélection, seuls les meilleurs pourront poursuivre en deuxième année de la filière médicale de leur choix.

En cas d’échec à la sélection malgré l’année validée, les étudiants « recus collés » seront invités à poursuivre en 2e année de licence avec option « mineur santé » leur permettant de pouvoir présenter leur candidature une deuxième fois, en vue d’intégrer une filière médicale.

Les étudiants auront donc en réalité 2 chances de pouvoir poursuivre les études médicales tant convoitées.

Soit via le portail Santé (1 chance), soit via une licence « éligible » mineure santé (1 deuxième chance).

Il devrait également être possible de ne passer que par une licence avec option « mineure santé », que l’on appelle la filière Alter PACES, pour présenter sa candidature en vue de poursuivre des études en médecine, maïeutique, odontologie, pharmacie. Un étudiant pourra s’y présenter 2 fois, sauf en cas de redoublement.

Concrètement, la réforme d’admission avec la fin du numerus clausus va permettre à chacun de s’inscrire dans une université de proximité, même si celle-ci n’est pas liée à un CHU. On pourra alors candidater pour rejoindre une faculté de médecine après une ou deux années.

Finalement, les étudiants souhaitant faire des études de médecine pourront bénéficier de 2 chances, mais ils ne perdront plus d’année comme c’est le cas aujourd’hui.